Prix Bédéïs Causa 2004 meilleure BD québ.

Prix Bédélys 2004- meilleure BD québécoise

La société Brainstorm, fleuron de l'industrie du tourisme virtuel, annonce en grande pompe sa réouverture. Nouveau système de sécurité Hi-Tech, nouveau directeur flamboyant, nouvelle destination, Brainstorm a définitivement le vent dans les voiles et le public à ses pieds. Les joueurs retournent par centaines s'immergés dans le bassin à rêve vers des univers virtuels où ils pourront laisser libre cours à leurs fantasmes et leurs plus bas instincts. Comme si la catastrophe n'avait jamais eu lieu. Comme si, dans l'euphorie, tout le monde avait oublié Zalupski, ce virus informatique d'origine inconnue qui avait anéanti tout le système un an auparavant. Mais Karina Kuan, ex-conceptrice en chef a décidé de ne pas se taire. Un étrange patient évadé d'une clinique psychiatrique, un virus informatique qui ne contamine pas que les machines, un monstre liquide qui sommeille.

L'Abîme.

 

Tout y est dans cette bd : l'originalité du scénario et une illustration à couper le souffle avec une mise en lumière et un cadrage tout simplement superbe. Bien sur le concept réalité virtuelle/réalité n'est pas s'en rappeler le film Matrix, mais la façon dont les deux auteurs mènent leur barque fait vite oublier cette référence. Une second opus que l'on a attendu longtemps (quatre ans...) mais qui termine cette surprenante histoire en beauté. A ne pas rater !

Clair de Bulles- 2005

Le Naufragé de Memoria ( L'Abîme) figure parmi ce qui s'est fait de mieux dans le domaine de la science-fiction au Québec, depuis toujours ...

La Presse- samedi 20 novembre 2004

Déroutant sous toutes ses coutures, cet album où s'entremêlent les univers réel et virtuel s'inscrit déjà comme l'une des plus belles réussites du neuvième art made in Québec. (...) Pour illustrer cette quête au parfum mystique, Eid s'est surpassé au point de vue de la mise en page et de la mise en couleurs, explorant avec une formidable rigueur plusieurs avenues narratives. (...) Nous en sommes donc quittes pour un dépaysement spectaculaire, doublé d'un fin exercice traitant de thèmes fascinants. Bref, voilà un album incontournable qui laissera certainement sa marque.

Le Soleil - vendredi 27 février 2004

Janvier 2004, après plus de quatre ans d'attente, Jean-Paul Eid et Claude Paiement sortent enfin L'Abîme, deuxième tome du Naufragé de Memoria, une des bandes dessinées les plus surprenantes des 10 dernières années. Un grand cru, signe de la maturité de la bande dessinée québécoise. (...) Deuxième tome de cette magnifique bande dessinée, L'Abîme est beaucoup plus noir que Scaphandre 8. (...) Beaucoup moins éclaté que le premier opus, L'Abîme est aussi un album plus complet, plus achevé.

La Presse - dimanche 11 avril 2004

Avec un scénario capable d'émouvoir les fidèles de The Matrix (le film), une facture franchement européenne et un ton résolument nord-américain qui font plaisir à lire. «C'est du beau travail, lance Michel Viau. On n'a pas souvent été habitués à ça.» Et le «ça» englobe autant l'esthétisme que la chance pour les lecteurs de mettre la main sur le deuxième volet d'une histoire à suivre (...)

Le Devoir - 31 janvier 2004

Le dessinateur Jean-Paul Eid et l'homme de théâtre Claude Paiement nous livrent ici un récit tout à fait exceptionnel pour une BD québécoise. En fait un album comme il s'en publie peu au Québec et qui mérite certainement de se trouver dans sa collection d'albums.

La Concorde - 19 mars 2004

L'arrivée sur les présentoirs du deuxième épisode du Naufragé de Memoria en témoigne, le format, la qualité du coup de crayon et surtout la mise en couleur n'ont plus rien à envier aux productions franco-belges qui inondent le marché depuis belle lurette.

Le Devoir - 25 janvier 2004

L'illustrateur contrôle merveilleusement bien les cases, les couleurs, le trait et le rythme.. Il joue avec le graphisme en laissant au crayonné certaines parties de ses dessins (...). C'est très efficace. Claude Paiement, habitué du théâtre, offre un scénario enlevant. (...) Que peut-on demander de plus?

Graffici - Mars 2004

Le scénario de science fiction pourrait être repris avec bonheur au cinéma. Il est bien construit, bien rythmé et ne manque pas d'action. Il est servi par d'excellentes illustrations de J-P Eid. C'est une réalisation québécoise de niveau international.

Noirs Dessins- avril 2004

Avec un scénario toujours aussi efficace et un graphisme à couper le souffle (....)

Voir-10 juin 2004

Les couleurs de Jean-Paul Eid sont magnifiques et apportent une véritable profondeur au dessin. La chaleur dégagée par les ocres, les rouges ainsi que l'intensité des bleus et des verts employés illuminent véritablement son dessin. Le décor est un tracé fidèle au New York des années 1930. L'immersion est ainsi totale : le lecteur emploie son imagination pour plonger dans cette histoire (sens figuré), les joueurs de Mémoria sont plongés dans un liquide afin d'entre dans le monde virtuel (sens propre).

ART9 2004

Le résultat est saisissant, les couleurs exhubérantes, le suspens soigné. (...) Certains crayonnés en noir et blanc ainsi que des mises en abyme qui viennent pimenter d'étrangeté le récit rappellent Caza, un maître de la BD de science fiction tordue.

Le Droit octobre 2004